Biologie des acariens

De la classe des Arachnides

De taille généralement microscopique – environ une dizaine de micromètres – les acariens envahissent les lieux d’habitation, notamment les matelas, les couettes, les moquettes, les canapés, les tapis et les endroits poussiéreux. Ces petits animaux invisibles à l’œil nu tapissent nos lits et nos meubles sans que nous en ayons conscience. Deux millions d’individus pour un seul matelas, soit 1 500 acariens pour un seul gramme de poussière, ces chiffres traduisent l’ampleur de la présence de ces bêtes minuscules qui répondent également au nom d’« Acari » ou « Acarina ». Appartenant à la classe des Arachnides, les acariens sont souvent vus comme étant à l’origine des allergies à la poussière. Dans la même classe, on recense à peu près 50 000 espèces, dont les plus connues et les plus répandues sont les dermatophagoïdes pteronyssinus et les dermatophagoïdes farinae. Les acariens ont un mode de vie très varié, d’une espèce à une autre. On distingue entre autres les acariens marins ou halacariens, les dulcaquicoles ou hydracariens et les acariens terrestres ou oribates. Par ailleurs, les acariens peuvent également être carnivores, détrivores, végétariens ou hématophages.

Reproduction

Les acariens comptent parmi les ovipares les plus prolifiques au monde. En 40 jours, une femelle peut pondre jusqu’à 100 000 œufs. Les petits passent au moins par trois mues avant d’atteindre l’âge adulte. On distingue entre autres le passage de l’œuf à la larve. De là va naître le protonymphe suivi par le tritonymphe et enfin l’adulte. En général, ils mettent un mois pour passer ces différents stades.

Conditions de vie

Les acariens ne peuvent se développer que dans des endroits qui présentent des conditions optimales à leur survie. Ils requièrent une température moyenne comprise entre 26 et 32 ° C ainsi qu’une hygrométrie supérieure ou égale à 75 %. Si ces deux conditions sont réunies, les acariens peuvent vivre jusqu’à 2 ou 3 mois. Dans le cas contraire, ils peuvent mourir au bout d’une dizaine de jours. A noter que les acariens ne peuvent pas survivre au-delà des 1500 m d’altitude, car supportent mal la sècheresse et le froid des grandes altitudes.

Les différentes espèces d’acariens les plus connues

Parmi les 50 000 espèces répertoriées, une dizaine seulement est très connue. On distingue entre autres les dermatophagoides pteronyssinus ou acariens des poussières, qui sont les acariens les plus répandus en Europe. Ces petites bêtes envahissent surtout les matelas et les oreillers. Sur la liste des plus répandus figurent ensuite les dermatophagoides farinae. Ces derniers sont plus présents sur le sol, les tapis et les moquettes. L’Euroglyphus maynei vient en troisième place. Celui-ci colonise, avec les deux espèces déjà citées, l’intérieur des maisons. Si ces trois espèces se développent essentiellement dans les régions tempérées, les Blomia tropicalis résident exclusivement dans les régions tropicales et subtropicales. A noter que la tique fait également partie des acariens et est l’espèce la plus grande des 50 000 répertoriées, mesurant 2 cm de longueur.