Les allergies aux acariens

Les allergies aux acariens

L’on a souvent tendance à associer les allergies aux acariens à des allergies à la poussière ou à la plume. Et pourtant, c’est loin d’être le cas. La raison en est tout simplement que ce sont ces matières qui renferment le plus d’acariens à la maison et qui sont donc susceptibles de déclencher une crise d’allergie. Découvertes dans les années 60 par des praticiens allergologistes Spieksma et Voorhost, les allergies aux acariens touchent un grand nombre de Français. L’on dit qu’un Français sur quatre souffre de cette pathologie, soit près de 16 millions d’individus en tout. Par ailleurs, d’après les chiffres de l’OMS, cette forme d’allergie est la plus rencontrée dans le monde puisqu’elle représente 50 % des cas d’allergies. Les allergies aux acariens ne sont pas dues aux acariens proprement dits, mais à leur déjection et aux protéines qu’ils fabriquent. D’un poids inférieur à 15000 Da, ces substances étrangères sont inhalées par le sujet. Son organisme réagit par une réponse immunitaire qui provoque les allergies.

Comment savoir si on est allergique aux acariens?

Le premier signe qui traduit une allergie aux acariens est la rhinite : des éternuements qui n’en finissent pas, un nez bouché ou qui coule, des rhumes répétitifs. Ces symptômes peuvent apparaître le matin au réveil ou à chaque changement de température. D’autres signes peuvent également les accompagner comme les démangeaisons au niveau de la zone ORL, les yeux rouges et larmoyants, la toux, la difficulté à respirer et des troubles cutanés comme l’eczéma. Selon les patients, un changement d’humeur et de comportement sans raison apparente et l’apparition de signes de fatigue peuvent également apparaître. Tous ces signes sont confirmés par une grand gêne chaque fois que l’on entre dans une pièce trop chaude, trop humide, non aérée et poussiéreuse. Il faut cependant faire attention, car un nez qui coule ou des yeux qui grattent ne sont pas forcément des signes d’allergie aux acariens. L’idéal est de consulter un allergologue une fois que ces symptômes se manifestent. Seul ce dernier pourra confirmer, par le biais d’un test sanguin, cutané ou de provocation nasale, le diagnostic d’une allergie aux acariens.

Traitement des allergies aux acariens

La prédisposition aux allergies causées par les acariens peut être génétique ou environnementale. Ainsi, le premier traitement préconisé est l’assainissement du milieu où l’on vit. Il faut aérer la chambre au moins une demi-heure par jour. Il faut aussi nettoyer les draps, les couvertures, les couettes, les oreillers et les rideaux au moins une fois tous les quinze jours afin d’éliminer la poussière. Quand on souffre d’allergie aux acariens, il faut éviter de rester longtemps dans une pièce contaminée. Si cela n’est pas possible, des médicaments seront alors prescrits par l’allergologue pour éviter les crises. Ceux-ci peuvent être des anti-allergiques comme des anti-histaminiques, des théophyllines, des cortico-stéroïdes ou encore des anti-asthmatiques. Ce traitement immunothérapeutique peut durer entre 3 à 5 ans. Le but est d’introduire dans l’organisme du patient une dose croissante de l’allergène.